NOUVEAU En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d'intérêts, pour réaliser des statistiques de navigation et pour faciliter le partage d’information sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus et pour refuser l’utilisation de cookies, nous vous renvoyons à la page relative à notre politique en matière de cookies.

Fermer

  • Nederlands
  • research
  • Points de vente
  • newsletter
  • my skin

IDEAL SKIN BLOG

Capillaire

Les 3 erreurs à ne plus commettre
en cas de pellicules

Avec

Michel Le MaitreDermatologue Conseiller scientifique pour Vichy

Delphine CourteilleCoiffeuse (défilé)

Parce que les voir dans nos cheveux ou sur nos épaules peut nous pousser à bout, on a tendance à dégainer l’artillerie lourde pour s’en défaire.

Erreur n°1 : Culpabiliser

Leur apparition est indépendante de notre volonté et en aucun cas le résultat d’un manque d’hygiène. D’ailleurs un tiers de la population en souffre. Soit grasses, soit sèches elles sont le fruit des mêmes perturbations. A savoir : les glandes sébacées qui sécrètent trop de sébum, décuplent la présence de la levure naturelle à la surface du cuir chevelu. Et en grande dose, cette levure devient irritante et fragilise la barrière cutanée. Résultat : le cuir chevelu devient sensible, desquame intensivement et les pellicules apparaissent, assure le dermatologue Michel Le Maître.

Erreur n°2 : Décaper

Halte aux shampooings intempestifs ou trop agressifs. A la longue, ils sensibilisent le cuir chevelu et favorisent son inflammation. Pour bien faire, tous les deux jours, pas plus, privilégiez des shampooings antipelliculaires dotés si possible d’un « pH » neutre pour remettre à zéro l’équilibre acido-basique de cette zone, explique Delphine Courteille coiffeuse habituée des défilés. Enfin, misez sur les nouvelles textures, sans sulfate par exemple, qui respectent la fibre et les cuirs chevelus sensibles et sur les actifs traitants qui ont fait leurs preuves sur les pellicules (comme le Disulfure de Sélénium, le Piroctone Olamine, l’acide salicylique, les céramides, le zinc, le sélénium ou la vitamine PP).

Erreur n°3 : S’improviser chimiste

En fabriquant son propre shampooing avec des huiles essentielles, vous multipliez les chances d’enflammer la situation… Bien souvent, les huiles essentielles sont souvent allergisantes et peuvent agresser les cuirs chevelus fragiles. Moralité, faites plutôt confiance aux formules calmantes et apaisantes proposées en pharmacies, conclut Michel Le Maître.

3 Gestes salvateurs

Le shampooing oxygénant de Delphine Courteille Sous la douche, munissez-vous d’une brosse qui ne craint pas l’eau. Puis, une fois la mousse bien dense, brossez délicatement les racines sans les frotter au risque d’agresser le cuir chevelu. L’intérêt ? Une répartition du shampoing facilité sur toute la chevelure, pratique en cas de cheveux longs. Et une purification totale des racines et du cuir chevelu. Purifié de ces excès de sébum et de levure, le cuir chevelu ne sera plus fragilisé et desquamera moins. A bout de quelques semaine : moins de pellicules et un cuir chevelu plus sain, plus net.   Privilégiez les températures fraîches Lors des shampooings ainsi que du séchage au sèche cheveu, privilégiez une eau ou de l’air quasi froid afin de calmer et d’apaiser les sensations d’inflammation. Retenez que la chaleur excite les glandes sébacées.    Oubliez les accessoires Foulard, chapeau, bandeau… Ils donnent chaud au cuir chevelu, le font transpirer et donc surexcitent les glandes sébacées. Enfin, évitez d’y toucher, favorisez un shampooing antipelliculaire sans sulfate, et n’abusez pas des produits coiffants.

Les solutions Vichy