NOUVEAU En visitant ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d'intérêts, pour réaliser des statistiques de navigation et pour faciliter le partage d’information sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus et pour refuser l’utilisation de cookies, nous vous renvoyons à la page relative à notre politique en matière de cookies.

Fermer

  • Nederlands
  • research
  • Points de vente
  • newsletter
  • my skin

IDEAL SKIN BLOG

Solaire

Maquillage solaire :
un teint doré sous bonne protection !

Avec

Pascale MoraPascale MoraDirectrice de la Communication Scientifique, Vichy

Carole BrahimCarole BrahimDermo conseillère

Vite du soleil ! Si les terrasses affichent complet aux heures chaudes, les crèmes solaires brillent par leur absence dans notre sac… Entre la protection solaire et l’exigence d’un teint naturel, zéro défaut, notre cœur balance… Bonne nouvelle, le maquillage solaire offre la solution hybride idéale, en ville au printemps ou à la plage cet été !

Les UVA agissent dans l’ombre des UVB

Impossible de ne pas fondre de bonheur sous les premiers rayons de soleil… Mais y a-t-il urgence à se protéger des UV au printemps comme en été ? « Absolument ! met en garde Pascale Mora. Tous les UV ont un impact négatif sur la santé de la peau. » Si les UVB (« B » pour Burning) sont principalement responsables des coups de soleil et du bronzage, il est prouvé que les UVA longs (« A » comme Aging) dégradent les cellules en profondeur. Présents toute l’année, ils représentent 75 % des UV totaux qui arrivent à la surface de la peau. Une étude récente démontre ainsi que parmi les UVA, ce sont les UVA longs qui sont les principaux responsables du photo-vieillissement. De plus, ils produisent une qualité de bronzage « dégradée » : on bronze plus gris, avec un voile terne à la surface de la peau. Celle-ci devient plus rugueuse, plus sèche, moins lisse et rebondie. Si l’action des UVA longs n’est pas immédiatement visible, leur impact sur la santé et la beauté de la peau est donc bien réel ! Par conséquent, une protection SPF 30 minimum est de mise dès les premières expositions. Au même titre que la paire de lunettes de soleil, qui elle, n’a probablement pas attendu pour se faire une place dans votre sac à main !

Maquillage solaire nouvelle génération

La protection solaire c’est primordial, mais vous n’êtes pas prête à renoncer au maquillage et au teint bonne mine pour autant. Misez sur le maquillage solaire double bénéfice. Et pour gagner en efficacité, préférez un compact pratique d’utilisation, en ville comme à la plage. Il doit être confortable et facile à étirer pour obtenir une couleur qui se fond dans la peau. Pour absorber les excès de sébum et de sueur et éviter de briller, certains sont enrichis en agents matifiants comme la perlite et le talc, ou en kaolin pour offrir un fini poudré naturel. Combinés à une bonne protection solaire, les nouveaux compacts permettent d’afficher un teint idéal tout en se préservant des UV.

Conseils éclairés sur les premières mises en beauté

Maitrisez les bons gestes, guidée par Carole Brahim : « Choisissez un pinceau plat, non biseauté et dur pour déposer suffisamment de matière en tamponnant, car c’est aussi un produit de protection ! Étirez le produit avec le pinceau puis terminez par une dernière application légère, qui apportera du poudré à la peau pour une finition mate et naturelle. » Pour les retouches en ville, même programme ! Sur la plage, séchez la peau de l’eau salée. Vaporisez une brumisation d’eau thermale, puis tamponnez avec un mouchoir en papier avant de réappliquer le compact sur tout le visage. Descendez enfin jusqu’au décolleté, en laissant pour la crème solaire une zone à ne pas oublier : les oreilles ! Et pour les ados qui rechignent à utiliser la crème solaire, le compact est-il indiqué ? « Oui, car il unifie le teint et protège, en évitant les marques dues aux complications d’un bouton exposé au soleil. Il est donc idéal pour camoufler les petites imperfections des peaux acnéiques, à condition de prévoir un soin traitant le soir et le nettoyage de son applicateur à chaque utilisation pour éviter la contamination bactérienne » conclut Carole Brahim.